Alexandra Schnell

Post doctorante

Alexandra Schnell

E-mail : 

Activités de recherche

Le projet de recherche proposé vise à étudier l'évolution d'un processus cognitif complexe : la mémoire épisodique.
Il s’agit du rappel d’informations contextuelles sur des événements vécus personnellement.

Cette capacité a longtemps été considérée comme une caractéristique humaine. Cependant, dans les deux dernières décennies, des chercheurs ont montré que plusieurs espèces d'oiseaux et de mammifères possèdent certains aspects de la mémoire épisodique (i.e. mémoire de type épisodique).
Plus récemment, une étude a fourni la première preuve empirique de la mémoire de type épisodique chez un invertébré : la seiche.

Pour déterminer si l’évolution des processus cognitifs complexes est le résultat de pressions de sélection communes, des études comparatives réalisées au sein d’un large éventail de taxons chez des espèces possédant une neuroarchitecture semblable ou très éloignée sont nécessaires. Notre étude va apporter une contribution précieuse à la compréhension de l'évolution des processus cognitifs en utilisant un groupe d’espèces invertébrées connu pour la complexité de ses capacités cognitives : les mollusques céphalopodes.

Des approches comportementales et neurobiologiques seront mises en œuvre afin de mieux comprendre les causes proximales (i.e. ontogenèse et mécanismes) et les causes ultimes (e.g. l’Evolution) de la mémoire de type épisodique. Une étude ontogénétique fournira les premières données sur la mise en place de cette capacité au cours du développement. En parallèle, une étude neurobiologique apportera des informations importantes sur les substrats neuronaux sous-jacents chez un modèle invertébré. Deux espèces phylogénétiquement proches (la seiche et le poulpe) seront étudiées afin d’obtenir un aperçu de l'évolution de ce processus cognitif complexe au sein des céphalopodes.

Les résultats obtenus permettront de mettre en lumière les différences cognitives entre l’espèce humaine et les autres espèces animales. A terme, cette étude permettra de mieux comprendre les caractéristiques du cerveau du ou des ancêtres communs.
Ce thème est d'un grand intérêt scientifique et public, car il permettra de déterminer si les processus cognitifs complexes ont évolué à partir d’un ancêtre commun ou sont le résultat d’une convergence évolutive.