Liens familiaux et reconnaissance chimique chez les arthropodes

Pour vivre dans un groupe familial (comme dans un groupe social), les animaux doivent reconnaître leurs congénères et garder une trace des précédentes rencontres avec leurs parents ou leurs pairs. Nous étudions les mécanismes de reconnaissance avec des signaux chimiques chez les espèces solitaires comme étape clé pour étudier la reconnaissance mère-jeunes chez les arthropodes.

Arthropode
  1. Cognition sociale chez les blattes
  2. Comportement social chez l'araignée solitaire
  3. Faits marquants

Cognition sociale chez les blattes

Lliens familiaux

Par le passé, nous avons étudié la cognition sociale des blattes qui vivent en groupes contenant jusqu'à plusieurs millions d'individus et donc doivent relever des défis complexes de reconnaissance. Nous avons donné la première description détaillée d'un système de reconnaissance de parentèle chez la blatte, et identifier les mécanismes chimiques simples essentiels à cette reconnaissance.

Comportement social chez l'araignée solitaire

Relations mères-jeunes

Aujourd’hui, nous développons des recherches novatrices sur les araignées solitaires qui présentent deux modes de vie consécutifs : une phase grégaire puis une phase solitaire. La période grégaire commence à l'intérieur d'un cocon et persiste pendant plusieurs jours après l'émergence. Nous étudions quels facteurs influencent le passage de la phase grégaire à la phase solitaire et comment évoluent le comportement social, l’état physiologique et les signaux chimiques dans le cadre des relations mères - jeunes.

Faits marquants