Neuro-Ethologie Cognitive des Céphalopodes (NECC)

L’équipe NECC (Neuro-éthologie Cognitive des Céphalopodes) étudie les architectures cognitive et cérébrale des Céphalopodes, en particulier de la seiche, et sa plasticité de l’embryon jusqu’à l’adulte. L’apprentissage, la mémoire, les processus sensorimoteurs et cognitifs sont étudiés en utilisant des stimuli et des situations écologiquement pertinentes. Les recherches sont particulièrement focalisées sur les interactions proies-prédateur, l’utilisation de l’espace et du temps, en laboratoire et dans le milieu naturel.

  1. Développement sensorimoteur
  2. Cognition et mémoire
  3. Stress et bien-être

Développement sensorimoteur

L’équipe s’intéresse à la maturation des systèmes sensoriels aux niveaux comportemental et cérébral chez les céphalopodes.
Les investigations neurobiologiques sont principalement basées sur la morphométrie, la détection des neurofilaments phosphorylés (éléments du cytosquelette présents dans les neurones matures), la quantification des monoamines (principalement la sérotonine) et de leurs récepteurs.
Nous étudions les effets de stress chroniques de l’embryon (odeurs de prédateurs potentiels) sur le comportement et le cerveau des nouveau-nés.

Cognition et mémoire

Les capacités de reconnaissance/de catégorisation des proies par les juvéniles sont explorées, en particulier les éléments perceptifs qui permettent ces phénomènes (mouvements, formes, contrastes…).
L’équipe s’intéresse également à la plasticité de la cognition spatiale (en utilisant notamment des labyrinthes en 3D) chez le juvénile en parallèle à la maturation de certaines structures clefs du cerveau (le complexe vertical et les lobes optiques). Chez les embryons et les nouveau-nés l’empreinte visuelle guide probablement les préférences alimentaires du juvénile. Nous sommes intéressés par les informations visuelles provenant des proies qui déterminent ces apprentissages (mouvements, formes, contrastes, polarisation de la lumière…).
Nous déterminons également quels sont les conséquences à long-terme de ces apprentissages sur les préférences alimentaires des seiches. Récemment nous avons montré qu’une mémoire de type épisodique pourrait exister chez la seiche adulte. Ces recherches sont prolongées chez les juvéniles pour déterminer l’existence d’éventuelles « périodes clefs » dans la construction de l’architecture cognitive de la seiche. En étudiant en parallèle le développement du cerveau, nous pourrons mettre en évidence d’éventuels substrats neuronaux communs- ou non- à ces différents types de mémoire (de référence, épisodique) chez la seiche.
 

Stress et bien-être

Depuis 2013, les céphalopodes sont directement concernés par la Directive 2010/63/EU sur le bien-être des animaux en expérimentation de l’Union Européenne.
Nous menons des recherches sur les effets de stress maternels sur les pontes et les nouveau-nés. En outre, nous établissons des indicateurs comportementaux et physiologiques du bien-être de ces animaux dans différentes conditions d’élevages.
Ces recherches ont pour but de proposer au législateur européen, à travers le consortium européen COST FA1301, les meilleures conditions de collecte, de transport et de stabulation des espèces. Un intérêt particulier est porté aux aspects analgésie/anesthésie des céphalopodes. Ces sujets sont est particulièrement sensibles puisque très peu d’informations sont disponibles à l’heure actuelle dans la littérature.