Perception, traitement de l’information et communication dans les interactions inter- et intra-spécifiques : l’attention comme moteur de l’évolution vocale ?

Pendant longtemps, la relation humain-animal a été l’opportunité pour notre équipe de modéliser les principes des interactions et relations entre individus. Comment les animaux domestiques ou captifs perçoivent et se représentent les humains est une fenêtre intéressante pour comprendre comment les relations se construisent avec l’expérience. Un autre aspect majeur de nos recherches consiste à comprendre comment la communication vocale favorise le fonctionnement social et régule les relations entre espèces.

Ethos Equipe Pegase
  1. Le développement des relations et du lien
  2. Les animaux domestiques et captifs ont une mémoire des voix humaines et de leur association avec des expériences émotionnelles
  3. Des signaux vocaux assurent la coordination entre partenaires
  4. L’attention sociale : un aspect majeur de l’évolution des règles de communication vocale ?

Le développement des relations et du lien

Le développement des relations

 

Les animaux domestiques et captifs ont une mémoire des voix humaines et de leur association avec des expériences émotionnelles

Des expériences de repasse ont montré que des guépards captifs, comme des cochons ou des chevaux domestiques, discriminent les voix familières sur la base des expériences passées associées (Coll. Univ. Bari, Italy, Witwatersrand, South Africa, Team 3 and INRA).
Chez des porcelets, nous avons montré qu’il y a une association prénatale entre des voix humaines et l’état émotionnel de leurs mères gestantes quand elles entendaient ces voix. Ainsi, des porcelets expérimentaux (dont la mère a entendu une repasse de voix humaines dans le dernier mois de gestation) de 2 jours expriment, lors de tests d’isolement avec repasse de ces mêmes voix, moins de cris de détresse que des témoins (dont la mère n’a entendu aucune voix humaine pendant la gestation). Par ailleurs, ils réagissent plus négativement quand ils entendent la voix associée à des émotions négatives par leurs mères au cours de la gestation. C’est une démonstration claire d’une mémoire transnatale et d’un apprentissage associatif prénatal entre stimuli sensoriels et émotions maternelles. Comme les émotions stimulant l’attention, les émotions maternelles peuvent avoir favorisé ce processus.

Les porcelets nouveaux-nés

 

Des signaux vocaux assurent la coordination entre partenaires

La communication intraspécifique est bien sûr une source majeure de réponses émotionnelles. C’est particulièrement vrai lors de la reproduction où les signaux acoustiques peuvent être impliqués dans la synchronisation entre partenaires. Chez les chevaux, nous avons trouvé que les propriétés acoustiques des hennissements d’étalons sont prédictrices de leur succès reproducteur (Coll. Equipe 3). La synchronisation entre les deux partenaires du couple est importante dans différentes situations. Par exemple, les étourneaux à ailes blanches émettent des cris d’envol avant un départ, mais la probabilité d’envol va dépendre de la réponse du partenaire : elle est plus importante si le partenaire se joint à l’émission de cris d’envol et si le rythme des cris s’accélère au cours de la séquence interactive ce qui pourrait refléter un certain niveau d’excitation (Coll. Rhodes Univ., South Africa).

Le rythme des interactions

 

L’attention sociale : un aspect majeur de l’évolution des règles de communication vocale ?

Les règles temporelles dans les interactions vocales sont un aspect central des « règles de tour de parole ». Bien connu chez l’homme, ce phénomène a aussi été montré chez l’animal, les interlocuteurs laissant un espace temporel antre deux émissions successives. Des études comparatives de différentes espèces de Sturnidés ont révélé que les espèces territoriales, pour lesquelles les réponses des voisins sont cruciales, favorisent des chants discontinus et des règles d’alternance, tandis que des espèces vivant en groups familiaux favorisent les chants communautaires et les chorus.  
La communication vocale au sein des groupes sociaux requiert non seulement une intelligibilité mutuelle, mais aussi de donner et recevoir de l’attention. Nous proposons que l’attention sociale pourrait être une base pour l’évolution des tours de parole chez beaucoup d’espèces, dont l’humain (Coll. Equipe 3, IRP VOCOM).